Quand les campagnes publicitaires innovent pour faire patienter les touristes

campagnes publicitaires

Si la pandémie de Covid-19 a fortement affecté les déplacements de loisirs, le tourisme paie très cher en été. Les actions mises en place depuis avril portent leur fruit. Les organismes chargés de la promotion de l’industrie touristique sont venus en aide à plusieurs pays. Ces derniers ont pu mettre en place des campagnes publicitaires. Tout ceci dans le but d’inciter ces pays au tourisme intérieur. Tous ont un message unanime. Celui étant qu’il est possible d’être dépaysé et de voir de belles choses sans aller loin.

Le slogan « cet été, je visite la France »

Des concours ont été organisés par plusieurs villes ou régions pour offrir des vacances sur leurs territoires,comme c’est le cas dans l’Indre, en Charente-Maritime et en Charente. De même, les slogans et les hashtags ont fleuri en France de manière massive. La grande majorité des régions françaises a créé son propre slogan. En Bretagne, on a eu droit à « Bretagne, le dépaysement proche de chez vous ». La Vendée quant à elle s’est comparée à l’Irlande avec le slogan « Évadez-vous près de chez vous ». On a également entendu « Pour les vacances je pense Hauts de France » ou « Votre été en Pays de la Loire ».

Également utilisé comme un hashtag, le slogan « Cet été je visite la France » illustre parfaitement cet état de choses. Massivement utilisé sur les médias sociaux, il a fait écho aux méthodes utilisées par la presse française pour exposer les chiffres épouvantables au début de la Covid-19 dans les États du Sud, notamment en Italie et en Espagne.

Sur la même période, la France n’était pas en situation plus reluisante. Pourtant, les campagnes publicitaires invitaient à la découverte du territoire. Au final, le nombre de vacanciers a chuté cet été. Ils n’ont été que 53 % de Français à partir en vacances contre 71 % l’an dernier à la même période. Parmi eux, 94 % ont malgré tout préféré passer leurs vacances en France.

Revenir dans la course, un impératif pour le tourisme français

Il est certain que le tourisme « domestique », présenté comme plus patriote et plus sûr, a connu un certain regain. Pourtant, cela n’a pas amélioré les chiffres du tourisme national. Une baisse drastique du chiffre d’affaires dans l’industrie a été enregistrée, de l’ordre de 50 % contre 40 % en Italie. L’Espagne a enregistré un chiffre d’affaires 5 fois inférieur aux recettes de l’année dernière. Au Portugal, où les conséquences de la pandémie ont été moins importantes, la baisse d’activité enregistrée fût de 60 %.

Partout en Europe, il est impératif de faire évoluer les pratiques touristiques en même temps que les messages promotionnels qui les mettent en avant. Avec les campagnes publicitaires au travers des média sociales engagées sur les réseaux, les acteurs du secteur essaient de garder les touristes étrangers en haleine. Pendant le confinement, alors que les touristes devaient s’occuper avec les apéros en visioconférence et le sport dans le salon, les acteurs du tourisme ont également mis l’accent sur le divertissement culturel.

En quelques semaines, les destinations touristiques et les lieux culturels ont multiplié leurs initiatives, dans le but que les visiteurs reviennent dès que la crise aura été maîtrisée. Le désir de voyager est entretenu par la possibilité d’effectuer des visites de musées, de plages, d’hôtels ou encore de monuments en 3D, depuis son canapé.

On ne compte plus le nombre d’initiatives des organismes régionaux, locaux ou nationaux. Il n’est pas possible aujourd’hui de mesurer leur succès. Néanmoins, elles se multiplient, dans l’espoir que les excursions virtuelles aboutissent à de vrais voyages après la pandémie.

En attendant, les organismes s’amusent à faire patienter les touristes à coup de spots publicitaires et de teasers.

Pourquoi ce nom de blog ?

Qui ne s’est jamais dit en arrivant dans une chambre d’hôtel tout propre : “Elle est belle la vie…” ? Si c’est votre cas, vous avez compris l’essence même du nom de ce blog. Ne cherchez pas plus loin 🙂

Nous savons tous à quel point les métiers de l’hôtellerie et du tourisme sont précaires, d’autant plus dans une situation de crise comme celle que nous traversons. Nous vous tiendrons informés de toutes les actualités dès que nous le pourrons.

A très vite !